Les roues de la fortune

201510211

Bien sur cela ne fit pas la fortune des mineurs ! C’est le chevalement du Puits Couriot à Saint-Etienne, le dernier puits de mine à fonctionner et qui est à présent un musée. Le chevalement, c’est l’immense ascenseur qui permettait de descendre hommes et chevaux. Le moteur à vapeur était à l’extérieur et actionnait des câbles qui tournaient autour de ces grandes roues.

Éventuellement il y a un Wikipedia

Commentaire et photo : Bokey Shutter —- (galerie Flickr)

Zeiss-Ikon Ikonta – Ilford FP4+

Publicités

6 réactions sur “Les roues de la fortune

  1. Rouages qui furent aussi à l’origine de l’infortune de morts difficiles , pour les survivants aux coups de grisou . Tirer le charbon de terre a été un travail très dangereux . Cette image grise , ce ciel plombé et menaçant , sont en accord avec cette réalité . C’est un bon document « in memoriam » . JG

    • J’aurai assez bien vu « roues d’infortunes »

      Des gens se sont échinés dans les puits pour pas grand chose
      « Rentables » tant que les hommes y ont bossé comme des esclaves avec des payes de misère
      Puis une fois que l’on a accepté de payer le travail un peu plus justement, l’activité n’a dû son salut qu’aux subventions massives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s